étape 1 : se poser les bonnes questions

etape 1 - Les question à se poser pour devenir independant

DEVENIR INDÉPENDANT? JE NE ME SUIS JAMAIS POSÉ LA QUESTION

Pour beaucoup de personnes, le Graal de l’emploi, c’est le CDI. « Le CDI c’est la sécurité », « Sans le CDI, la banque ne te prête pas », « Ne pas rester longtemps dans un poste, c’est signe d’instabilité ». Mais ce qu’on ne dit pas, c’est que le CDI, c’est souvent voir son salaire stagner ou se retrouver « coincé » dans une entreprise qui ne nous correspond plus.

Et si les mentalités changeaient ? Si les Indépendants étaient suffisamment nombreux pour peser dans la balance? Le système actuel n’aurait pas d’autre choix que de s’adapter, comme les banques par exemple.

On ne va pas te dire qu’être Indépendant c’est la recette du bonheur, mais tout comme l’argent, ça y contribue !

Soyons honnêtes, travailler en tant qu’Indépendant, c’est avoir en partie les mêmes contraintes que celles du salariat : se déplacer sur son lieu de mission, fournir un travail de qualité et bien souvent côtoyer des collègues. Mais la différence, et pas des moindres, c’est que tu es ton propre patron, la relation employeur/employé devient client/fournisseur, ce qui implique non plus une notion de hiérarchie, mais d’égal à égal.

De plus, en tant qu’Indépendant, tu as la liberté de choisir tes clients, tes missions et négocier le montant du contrat, notamment si tu travailles dans un secteur de plein-emploi, comme celui de l’informatique. Un Indépendant qui gère bien son activité a de fortes chances de bien mieux gagner sa vie.

Enfin, un écosystème autour des indépendants est en train de se développer. Des plateformes de mise en relation entre freelances et entreprises émergent, ainsi que des mutuelles et des banques spécialisées. Le marché de l’emploi est actuellement en pleine évolution.

Et si finalement, se poser la question de devenir Indépendant, c’était justement le bon moment ? 😉

DEVENIR INDEPENDANT? J’Y PENSE, MAIS JE NE SAIS PAS SI JE SUIS PRÊT

Pourquoi est-il nécessaire de se poser cette question?

Trois paramètres entrent en jeu:

  • Le TIMING

Est-ce le bon moment pour moi et ma famille de me lancer ? Est-ce compatible avec nos projets?

L’obtention d’un crédit en tant qu’Indépendant est pour l’instant compliqué. Il te sera difficile d’obtenir un prêt immobilier si tu en as besoin pour acquérir un bien.

Également, le congé maternité et paternité n’est pas encore au niveau de celui des salariés. C’est vraiment dommage mais il faut aussi en tenir compte

  • L’OFFRE

Est ce que mon offre, mon expertise, est clairement définie ?

Suis-je suffisamment expérimenté? Serai-je rapidement opérationnel?

  • La DEMANDE:

Est-ce que mon profil est recherché ?

Trouverais-je des missions dans mon secteur d’activité et dans mon périmètre géographique?

Être à son compte demande de l’autodiscipline et de l’organisation. Ce n’est donc pas une décision à prendre à la légère. C’est pourquoi l’ensemble de ces questions a pour but de t’aider dans ta réflexion sur le fait de devenir Indépendant.

Optimiser son statut d'independant ou faire des choix
creer son entreprise d'independant

DEVENIR INDÉPENDANT? JE VEUX L’ÊTRE MAIS CA ME PARAIT COMPLIQUE

Pour beaucoup, devenir Indépendant rime avec le parcours du combattant.

En effet, lorsqu’on veut créer sa société, de nombreuses questions se posent telles que:

  • Quel statut juridique choisir ?
  • Vais-je devoir payer l’impôt sur les société et/ou sur les revenus ?
  • Quel est le coût de création et de gestion d’une entreprise ?
  • Comment trouver des clients ?
  • Ai-je besoin d’un expert-comptable ?

 

Et les idées-reçues ne manquent pas: “créer une société c’est long et compliqué”, « ça va te coûter beaucoup d’argent » », etc. C’était certainement le cas il y a quelques années, mais aujourd’hui, il est possible de créer une société:

  • en moins de 10 jours
  • sans sortir de chez soi
  • pour moins de 250 €

 

Alors, ça te paraît toujours aussi compliqué?

Pour t’aider à faire ton choix, nous mettons à ta disposition:

  • un simulateur qui te permet de comparer les différents choix possibles selon ta situation personnelle et versus tes revenus actuels.
  • un accompagnement pas à pas
  • une liste de partenaires fiables.

 

Notre volonté ? Que tu te concentres sur ton expertise, on s’occupe du reste!

FAQ

JE SUIS INDEMNISÉ OU INDEMNISABLE PAR PÔLE EMPLOI

C’est le moment ou jamais de te lancer ! 😊

Pourquoi ?

  • Premièrement, tu bénéficies d’allocations. Tu as donc la garantie d’avoir une rentrée d’argent fixe tous les mois pendant un certain temps.
  • Deuxièmement, tu as du temps libre, ce qui te permet de t’investir sur ton projet, ce que tu ne pourrais pas faire si tu étais en activité.

 

Voici d’ailleurs les aides dont tu peux bénéficier :

  • ARE (Aides au Retour à l’Emploi) : autrement dit ce sont les indemnités de chômage qui te sont versées tous les mois
  • ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) : au lieu de percevoir ton chômage mensuellement, tu peux demander à ce qu’une partie (45%) te soit versée en deux fois : 22,5 % de tes droits restants lors de la création de ton entreprise, 22,5% aux 6 mois, sous condition d’enregistrer et de maintenir ton activité durant cette période. Mais pour pouvoir bénéficier des 55% restants, ce n’est qu’au moment de la radiation de ta société que tu y auras droit. Sinon c’est que ton entreprise fonctionne et tu peux donc leur dire au revoir !

 

Bon à savoir :

  • Si tu perçois des revenus (société en nom propre comme l’EI ou EIRL, ou versement de salaire via l’EURL ou la SASU) : ces revenus seront déduits de ton chômage sur justificatifs et repousseront tes droits dans le temps (sans en acquérir de nouveau, hélas)
  • Si tu choisis de ne pas te verser de salaire en créant une société (personne morale : EURL ou SASU) : il faut fournir un justificatif à Pôle Emploi pour que tu puisses continuer à bénéficier de l’ARE. L’argent que tu auras gagné restera dans l’entreprise le temps du versement de l’allocation.

N’hésite pas à nous contacter si tu veux plus d’infos à ce sujet.

JE SUIS SALARIÉ

Première chose à regarder : ton contrat de travail. Es-tu lié à ton employeur par une clause d’exclusivité ou de non-concurrence ? Si c’est le cas, il faudra vérifier la compatibilité de ton projet avec ton contrat.

Deuxièmement, est-ce que ton activité est réglementée (médecin, avocat, etc) ? Si c’est le cas, il faudra également te renseigner. Une section plus bas peut répondre à tes questions.

Enfin, ton projet ne doit pas traduire un manque de loyauté vis-à-vis de ton employeur en détournant ses clients ou ses employés.

Si les critères ci-dessus sont respectés, tu peux te lancer dans ce nouvel objectif sachant que des dispositions existent sous conditions comme:

  • un congé à temps plein ou temps partiel pendant 12 mois renouvelable
  • une exonération des cotisations sociales pendant 1 an (ACRE)

J’EXERCE UNE PROFESSION LIBÉRALE

Il existe deux types de professions libérales : les réglementées et les non-réglementées.

  • Parmi les réglementées, on retrouve les architectes, avocats, infirmiers, médecins, etc. : certaines autorisations sont nécessaires avec des démarches spécifiques
  • Les activités libérales non réglementées sont celles qui ne sont ni commerciales, ni artisanales, ni industrielles et ni agricoles. Ce peut être des activités de conseil comme consultant, naturopathe ou décorateur. Bien qu’elle ne soient pas réglementées, certaines activités sont soumises à autorisation comme éducateur spécialisé, moniteur d’auto-école ou taxi.

MON CONJOINT TRAVAILLE AVEC MOI

Si ton conjoint travaille avec toi, il a le choix entre deux statuts :

  • Conjoint-collaborateur
  • Conjoint-salarié

Le statut du conjoint-collaborateur, obligatoirement lié par le mariage ou le PACS, est possible pour ton conjoint si tu es gérant d’une EI, EIRL ou EURL, mais certaines conditions sont à remplir comme le fait de ne pas lui verser de salaire. Il bénéficie néanmoins de la protection sociale, ce qui implique le paiement des cotisations pour sa part.

Le conjoint, comme n’importe qui d’autre,  peut avoir le statut de salarié s’il a un contrat de travail, est rémunéré et cotise pour sa protection sociale. Ce statut est possible que tu sois en EI, EIRL, EURL ou SASU.

A noter, le statut du conjoint-associé est aussi possible mais nécessite plus de démarches pour la création de l’entreprise

JE SUIS ÉTUDIANT

Tu peux bénéficier du statut étudiant-entrepreneur :

  • Si tu as le bac ou un diplôme équivalent obtenu en France ou à l’étranger
  • Moins de 28 ans
  • Pendant une durée 1 an, renouvelable si besoin

 

Ce statut te permet d’emprunter auprès d’une banque mais ne permet pas une rémunération.

Toutefois, la bonne nouvelle, c’est que tu peux envisager de créer n’importe quelle entreprise tout en étant étudiant.

Attention : si tu bénéficies de bourses d’études, d’APL ou de tout autre aide, elles peuvent être remises en question… A vérifier donc !

JE SUIS RETRAITÉ

Être retraité et créer son entreprise, c’est possible. Maintenant, est-ce avantageux financièrement dans ta situation ? C’est une autre question.

Première chose à savoir : as-tu droit à ta retraite à taux plein ou à taux partiel ?

  • Si c’est à taux plein, pas de problème, tu peux cumuler ta retraite avec tes nouveaux revenus.
  • Si c’est à taux partiel, ça se complique…Tes revenus seront plafonnés sous peine d’une suspension de ta retraite de base sur une durée de 12 mois maximum… Il est donc nécessaire de contacter l’organisme qui verse la retraite pour être sûr. Si tu bénéficies d’une complémentaire retraite, il faut aussi se renseigner sur les conditions de maintien en cas de reprise d’une activité.

JE SUIS DE NATIONALITE ETRANGERE

Premièrement, tu dois vérifier la compatibilité de ton activité avec le droit français.

Ensuite, plusieurs cas sont possibles :

  • Tu es ressortissant de l’Union Européenne ou d’un État partie à l’accord sur l’Espace Économique Européen ou de la Suisse : aucune démarche supplémentaire n’est à réaliser.
  • Tu résides déjà en France et tu es titulaire d’une carte de résident : tu n’as pas non plus de formalités spécifiques à accomplir.
  • Dans tous les autres cas, il faudra faire une demande de carte de séjour « entrepreneur/profession libérale » , de carte de séjour « recherche d’emploi ou création d’entreprise », ou demander un “passeport talent”.

PASSER A L'ÉTAPE SUIVANTE